Blog

Décembre 2009 : y'a plus qu'à...

 

Et voilà, il n'y a plus qu'à... ressortir l'anglais enfoui au fin fond de mon cerveau depuis 19 ans ! Incertain

J'envoie simplement une petite carte pour me présenter un peu, et lui annoncer de suite que je ne lui serai pas d'une grande utilité dans son combat pour prouver son innocence, par manque de temps... Bon, faut croire que quand on veut, on y arrive toujours ! Sourire Je ne sais pas si je l'aide vraiment dans sa bataille, en tout cas, je fais de mon mieux... Et bien sûr, je joins une petite photo. Il paraît que c'est important de mettre un visage sur des mots, surtout dans un monde aussi clos. Donc voilà, mission accomplie. Cette photo refera surface quelques mois plus tard, sous une autre forme... Clin d'œil

En attendant le retour de courrier, je fais quelques recherches.

- La justice américaine : j'abandonne quand j'apprends qu'on refuse catégoriquement à un condamné à mort de pratiquer les tests d'ADN qui pourraient prouver son innocence ! J'hallucine devant cette obstination incompréhensible du «plus grand pays civilisé du monde» ! Définition à revoir sérieusement...

- Les prisons américaines : ça fait vraiment peur !!! C'est inimaginable ce qui s'y passe ! La torture sous toutes ses formes y est omniprésente. Chaque prison ayant ses règles, je ne m'attarde pas plus. A quoi bon... Je suis surtout écœurée de ce que je découvre. Et pourtant, je suis du genre très rancunier... mais là, il faut vraiment avoir le cœur bien accroché !

- Le cas d'Anthony : là aussi, j'abandonne très vite pour une raison toute simple. Pourquoi récolter d'éventuels ragots alors que j'ai un lien direct avec l'intéressé ? On verra bien par la suite, pour l'instant, je vais essayer de me contenter de ce qu'il me dit. Pas question de lui faire passer un interrogatoire, ou de lui refaire un procès. Je ne suis pas là pour ça. Si relation il doit y avoir, elle sera simple et «normale».

- Les pen-pals ou «potes d'écriture». Je n'ai pas trop envie de porter ce nom que je découvre, mais il semble que ce soit le terme approprié. Beaucoup de sites mettent ainsi en relation des détenus avec des correspondants. C'est on ne peut plus spécial, dans le sens où vous pouvez choisir votre correspondant selon vos critères ! Quels peuvent être les critères poussant une personne à entrer en communication avec un détenu, parfois avec un très lourd passé ? Je ne suis pas encore certaine d'avoir trouvé une réponse... Et je commence à comprendre que je vais entrer dans un monde très, très spécial...

En tout cas, ces sites m'apprennent beaucoup de choses sur la façon de poursuivre mes courriers. Tout d'abord, rester naturelle ! Oui, nous sommes dans deux mondes différents, mais non, il n'est pas différent de moi. J'apprends avec surprise qu'il ne faut pas hésiter à parler du quotidien, de sa «petite vie». En fait, les détenus perdent peu à peu tous les repères d'une vie classique. Et ils peuvent "revivre" au travers de leur correspondant.

Il faut envoyer des couleurs, car la seule qu'ils connaissent désormais est le gris. Beaucoup perdent le souvenir des autres couleurs du monde : tout devient nuance de gris. Message bien reçu ! Bombardement de photos en vue ! Rigolant

Entre-temps, réponse bien reçue : des adresses à lui trouver afin de récolter des fonds pour sa défense ; une carte de Noël religieuse ; un résumé de ce qui s'est passé ce 2 mars 1992.

Et déjà ces mots très (trop ?) forts : «ton ami pour la vie». Je savais que ce serait le cas. On devient tout de suite une star ou un ange quand on apporte quelque chose d'extérieur dans un monde si clos. Le peu d'attention devient tout de suite un miracle ! Mais ça fait bizarre quand-même. Le plus dur restant de répondre à ça. Je n'ai pas envie de tricher. Je ne peux pas répondre sur le même ton. On ne devient pas amis en quelques lignes ! Ce n'est pas sérieux ! Et puis, je me rends vite compte que la langue anglaise est quand-même bien moins riche en mots que la française. Ami, copain... toutes sortes de nuances difficiles à trouver en anglais. Alors...

Difficile de trouver le bon ton, difficile de réaliser l'impact que cela peut avoir, difficile mais... faut bien répondre ! Seule solution : rester vraie. On verra bien... Sourire



Novembre 2009 : Happy birthday Mr. Fletcher !

  Happy birthday Mr. Fletcher !

5 mn à perdre et un petit post découvert sur un forum, sujet qui ne m'intéresse aucunement, a priori : la correspondante d'un condamné à mort demande de lui envoyer une carte d'anniversaire, histoire de marquer le coup. Pourquoi pas ? Ça ne coûte rien, si ça peut faire plaisir. Le jour J est prévu le 24 novembre !

J'apprécie l'investissement de cette personne pour adoucir la vie de quelqu'un du bout du monde. Je ne connais pas l'histoire de ce condamné. Je ne connais rien non plus au système judiciaire américain. Je n'ai pas d'avis précis sur la peine de mort. Ce n'est pas mon cheval de bataille. Il faut croire que je suis dans un jour de bonté. Ça m'arrive de temps en temps... de plus en plus souvent. Ça, c'est sûrement l'âge de la sagesse qui approche ! Rigolant

12 novembre 2009 : Tout ça, c'est bien gentil, mais il faut encore trouver une carte. Qu'est-ce qu'on peut envoyer à un inconnu ? Surtout dans ces conditions... J'ai envoyé ce que j'ai trouvé. J'ai évité tout ce qui était en français, les gâteaux, les cadeaux... Conclusion : des chiots qui jouent du piano ! On fait ce qu'on peut...

Et que dire ? Je ne peux que lui souhaiter que cette journée soit aussi bonne que possible... Dommage, les stickers sont interdits. J'en ai des beaux avec des smileys brillants à souhait. Il faudra faire sans. Pas grave, j'ai trouvé la parade : je les dessine. Ça mettra des couleurs.

Oh ! Je viens de réaliser : je lui ai dit que cette carte était mon cadeau et qu'il devait faire un sourire ! Et bien croyez moi ou non, c'est toujours d'actualité ! On s'envoie même un sourire tous les matins ! Oui je sais, parfois, on est un peu bizarres. Mais ça fait du bien de sourire dès le matin. Par contre, il ne peut que l'imaginer, pas question que je fasse une photo de ce sourire au pied du lit ! Criant

Voilà, c'est parti ! Rigolant

Réponse reçue 2 semaines plus tard, avec une petite photo du «Champ» ! Entre nous, il n'a jamais été prévu d'entretenir une grande correspondance. Mon mari n'a pas trop l'air convaincu. Je me demande pourquoi... Sourire J'aime bien écrire mais bon, de là à copiner avec un détenu... Et puis, je n'ai pas beaucoup de temps à lui consacrer. Disons que je pourrais lui envoyer deux courriers par mois, essentiellement de jolis photos, il paraît que ça plait beaucoup ce genre de choses...

Sauf que... Aujourd'hui, je ne comprends plus trop pourquoi, mais à l'époque, je me souviens avoir dit, à propos des quelques lignes qu'il m'avait écrites : «J'ai l'impression d'avoir reçu un cœur entre mes mains». Je ne sais pas pourquoi parce qu'en fait, il n'a rien dit de spécial. Mais c'est néanmoins l'impression que j'ai eue. C'est idiot puisqu'il n'a fait que me remercier et m'a dit que je pouvais continuer à lui écrire si j'en avais envie. C'est tout.

Et j'avais déjà une petite idée derrière la tête : j'avais vu un site où on récoltait des cartes postales pour les envoyer aux détenus isolés. Donc voilà, un petit mot par ci, un petit mot par là. Je trouvais ça sympa. Il faut savoir partager. Donc, non. Pas de réelle correspondance en vue. Seulement des petits sourires ci et là... Rigolant

Bon, d'accord. Je me suis complètement plantée. Ça arrive à tout le monde, non ? Embarrassé

 

Petite présentation

Je suis entrée dans le couloir d'Anthony en novembre 2009. Et depuis... pas possible d'en ressortir ! Rigolant

Aucune connaissance de la peine de mort, et encore moins du système judiciaire américain... Pied de nez Tout a commencé sur l'invitation d'une amie commune qui souhaitait qu'il reçoive un maximum de cartes d'anniversaire. Pourquoi pas ? Une petite carte, ça ne coûte rien, n'est-ce pas ? Depuis... une bonne trentaine de courriers de part et d'autre. Embarrassé Ben oui, je m'attache vite... Sourire Certainement une question d'affinités, qui a fait que tout a collé tout de suite. Et puis bien sûr, le fait qu'on ne peut laisser un homme se battre seul contre un mur. Ce n'est pas très loyal. Et croyez bien que je m'éclate en préparant ses courriers plein de surprises...

Je crois qu'en fait, il a reçu une petite carte d'anni, et moi j'ai eu le gros gâteau ! Clin d'œil Parce qu'aujourd'hui, quoiqu'il arrive, je suis fière d'une chose qui n'a pas de prix : cette amitié si spéciale qui s'est créée. C'est toujours la même magnifique chanson : on reçoit toujours plus que ce qu'on donne !!!

En tout cas, ce dont je suis sûre, c'est qu'il représente aujourd'hui ma plus belle victoire. Je crois avoir réussi à créér quelque chose qui dépasse tout ! Vous n'allez pas me croire, mais on se marre bien ensemble ! Rigolant Et ça, je ne l'aurais jamais cru...

Bref, c'est My Champ !!!

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site